Vents et mots du chaos.

par poutouxvero.over-blog.com  -  16 Novembre 2013, 14:27  -  #Atout humanité

Oui, ces images reviennent encore, celles qui nous parviennent, ces jours, du typhon Haiyan. Chaque fois insoutenables, montrant le chaos quand les bateaux immenses se retrouvent à veiller sur une toute petite maison qui semble si fragile, quand les caméras nous montrent ces cadavres à même le sol ou jetés dans des fosses, quand les regards hagards viennent nous rejoindre là où nous sommes, à l'abri

Les vents cataclysmiques ont ravagé ces terres si proches de l'eau et les discours nous prédisent le déchainement de plus en plus fort de ces forces ; les experts nous livrent leurs chiffres et leurs tableaux, semant comme une peur apocalyptique dans nos esprits.Nous les fuyons, et les images et cette peur qui s’infiltre, en effet, si nous laissions cela nous envahir en totalité, pourrions-nous encore avoir la force de vivre ? Ne vaudrait-il pas mieux tirer notre révérence commune ?

Nous dirions ainsi à ces éléments puissants:" Nous, habitants de la terre, en avons assez de subir de telles détresses, de mesurer notre impuissance totale. Nous renonçons et nous vous tirons ensemble notre plus belle révérence."

Et comme en écho, voici celui du chaos des mots d'exclusion, de racisme, en terre de "Liberté. Égalité.Fraternité" . L'individualisme triomphe et la démocratie vacille. Quel champ de ruines sommes-nous en train de créer? Quels sont les typhons invisibles qui soufflent ainsi et blessent à la fois les personnes et nos collectifs?

Comment supporter cette impuissance face aux déchainements des vents et des mots? Quel aveu douloureux! Aujourd'hui la complexité des échelles, des espaces, des enjeux est sans doute encore plus effrayante. Nous voyons ces images en direct, nous ne pouvons pas les effacer. Nous entendons ces expressions, les laissons trainer dans les journaux, qui trainent à leur tour dans tous les espaces publics et polluent l'air autant que les gaz d'échappement.

Nous essayons de dire et d'agir. Nous utilisons nos moyens modernes de pétition en ligne qui peuvent rassembler tant de signatures. Toutes ces lettres, tous ces mots enfermés dans les tuyaux de diffusion ou piégés dans la toile sont-ils matière? Quelles empreintes laissent-ils? Ne recréent-ils pas à leur tour des réactions qui sèmeront à nouveau, à plus ou moins long terme, d'autres racines d'exclusion et de destruction? Inexorable condition humaine que chacun, à son échelle, essaie de comprendre: violence en soi de l'exclusion de soi à soi-même, violence toujours proche de l'exclusion de l'autre, violence des vents et des eaux, du soleil qui brûle, du volcan qui explose, superbement beau et destructeur...

Cet aveu fondamental de notre impuissance humaine a aussi mis en mouvement toutes les recherches techniques, philosophiques pour rendre la vie plus humaine, plus belle, poursuivant les utopies humanistes écologiques. Immensité de l'intelligence de l'amour à contempler aussi.

Comment continuer de vivre? Accepter cette complexité en soi, dans le monde. Rendre notre vie simple, douce et compréhensive à notre échelle tout en ayant la conscience de nos errances collectives, avec ces images et ces mots. Se reconnaitre dans cette humanité si fragile, s'indigner et accepter, vivre chaque jour avec ce poids et cette légèreté...

S'arrêter un moment et laisser jaillir nos cris de révolte, notre aveu d'impuissance...Être la peur de cet abime entre le superbe et le terrible... Balbutier notre espérance de vivre un petit bout d’humanité...

Vents et mots du chaos.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Chorand 16/11/2013 19:44

Merci, chère Véronique , pour ces beaux textes, toujours remplis d'amour , laissant filtrer notre fragilité ... tous ensemble, bon gré, mal gré, sans toujours avoir conscience de notre interdépendance, ..; tu sais , des gouttes d'eau dans l'océan ... des" bulles " dans l'univers, tous issus du même "néant" , et tous si différents, en même temps ...aspirant à un peu d'humanité ... je t'embrasse affectueusement . V. Ch