Cette maladie n'a pas de nom !

par poutouxvero.over-blog.com  -  7 Février 2018, 16:19  -  #Atout humanité

 

Pourquoi la vie est si belle, et parfois si dure ?

Pourquoi les œuvres humaines sont-elles si sublimes et peuvent-elles aussi s’autodétruire ?

Pourquoi nos institutions permettent-elles des développements d'humanité et se saisissent -elles de pouvoirs destructeurs ?

 

J'ai déjà vu une institution devenir folle... Cela commence de façon imperceptible... Un questionnement de départ qui peut sembler légitime. Puis vient une interrogation élargie des fonctionnements, des instances et des places. Les critères de rentabilité, d'efficacité sont interrogés. Très vite ensuite, les difficultés deviennent des troubles.... La machine s'emballe sous la gouverne de la peur quelles que soient les convictions et les appuis anthropologiques existants (croyants, marxistes, libéraux... soi-disant humanistes...) Ce monstre de la peur active des ressorts inconscients, rivalités, arguments contraires aux discours antérieurs... La machine s'emballe encore plus fort... Les gens alors sombrent dans des attitudes injustes, laissent sortir des mots qu'ils regretteront, se font mal et plus personne ne sait comment calmer le monstre que l'institution a enfanté.

Je regarde à nouveau ce paysage qui s'écroule comme un château de cartes, plus violemment, bien sûr... J'assiste impuissante à ces tours, détours de décisions qui se prennent sans tenir compte du point de vue des acteurs de terrain... Sans avoir épuisé toutes les alternatives. Je vois l'institution, qui après avoir prôné les vertus du travail collaboratif s'enlise et devient toute puissante. Je regarde, si triste, comment les personnes souffrent, comment les malentendus s'installent, comment toute parole dite va être interprétée, instrumentalisée pour servir la cause de l'autorité à nouveau souveraine...  Chacun s'interroge... se demande ce qu'il aurait dû faire, n'a pas fait, se met à douter de lui-même et des autres... Quelques spectateurs de plus loin, prennent des mines offusquées et la critique facile se déploie...

Cette maladie des institutions n'a pas de nom, ni de vaccin prescrit... Elle est pourtant atteinte à la vie, à la création, à l'inattendu. Elle est nourrie des peurs enfouies, et avec elles de l'illusion de la maitrise totale comme parade possible à cet oubli du sens, à la disparition des convictions qui portaient le projet...

Les institutions sont là pour garantir un vivre ensemble, une humanisation.
Elles sont là pour permettre le développement des personnes dans ce qu'elles ont de meilleur et la mise en œuvre des projets au service du bien commun à préserver. L'évolution humaine montre cette construction laborieuse de modèles successifs pour arriver à vivre ensemble, à ne pas s'entretuer... Organisation des clans, désignation des responsables, liens avec le Sacré... Organisation des sociétés de plus en plus grandes, de plus en plus complexes... Questionnement des modes de gouvernance, abandon de ce lien avec le Sacré, primauté de l'argent... Comme un mouvement perpétuel, construction et destruction...
De là où je suis, je vois que d'anciens modèles passent par ce laminage de la destruction tandis que d'autres formes de préservation du bien commun surgissent... Signe que l'humanité n'a pas fini de grandir.

J'ai mal de l'incohérence, j'ai mal du mal qui se joue de nous.

J'ai foi encore en la Vie qui sait, elle, ses chemins et sème tant d'intelligence et de cœur pour le monde... Je la remercie et lui demande de m'assister dans ce moment de désolation à traverser.

Derrière ce bloc de béton qui s'enfonce dans l'eau, le soleil est là.

 

 

 

Cette maladie n'a pas de nom !
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

af 12/02/2018 18:27

merci de l'espérance dans le Soleil ! courage...

SL 07/02/2018 20:40

Ouahhh! Nous sommes dans le même théâtre, face a la même scène, oú ne se jouent ces dernières années que des morceaux dramatiques oú l'humain est réduit à sa rentabilité sans plus aucun respect pour le sens de son travail, sans respect du tout même...Mais, c'est vrai, il a de la lumière pour ceux qui veulent bien continuer les yeux grands ouverts....Merci

Jean-Dominique 07/02/2018 18:25

Courage, nous sommes avec toi, puis te retrouver en trouvant la bonne distance et te régénérer.JD